Good Contents Are Everywhere, But Here, We Deliver The Best of The Best.Please Hold on!
Data is Loading...
Your address will show here +12 34 56 78
TRUCS SYMPAS

Un magazine édité par les éditions ESI en octobre 2018 et intitulé Origami et Kirigami m’a fait découvrir les Kusudama (de Kusu = médécine et Dama = boule). A l’origine, les Kusudama servait à contenir de l’encens ou des pots-pourris. Aujourd’hui, ils sont utilisés comme décoration, ce que j’ai fait pour Noël. Le principe du Kusudama est de relier entre elles des fleurs, elles-mêmes composées de plusieurs pétales.

Ce modèle s’appelle Sakura et c’est donc, non sans un certain humour, que je l’ai choisi car nous sommes en plein hiver. Il faut réaliser 12 fleurs de 5 pétales chacune, soit un total de 60 pétales. Au coin du feu et avec l’aide d’autres petites mains, on y arrive !

Essai de tuto, étape par étape pour les pétales :

Marquer deux plis en pliant un carré en largeur et en hauteur (pour moi du 15x15cm trouvé par Louise à Action, jolie collection de différents thèmes avec tous du kraft en fond) puis le positionner en losange,face décorée devant soi, et rabattre la pointe de gauche puis celle de droite sur le point central de croisement des deux plis précédents.

Plier ensuite au milieu et vers l’arrière.
Rabattre les deux épaisseurs couleur kraft selon la diagonale du losange vers l’intérieur, puis déplier à nouveau pour garder la forme de l’image

L’opération la plus délicate est maintenant. Insérer un doigt de la main gauche dans la pointe de gauche du carré et ouvrir puis aplatir avec la main droite de façon à former une sorte de cerf-volant. En regardant l’image et en cherchant un peu, cela marche !

Plier chaque cerf-volant en deux vers l’intérieur le long de la diagonale du losange.

Il faut maintenant rapprocher les deux côtés du losange et emboîter le côté droit dans le petit espace de gauche.

En voilà 5 prêts à être collés au pistolet à colle pour faire une fleur.

Et voilà le résultat final !

0

DESSINS

Elles sont bienvenues ces vacances pour se remettre à dessiner. Plutôt en intérieur car le froid est arrivé !

Les plantes de l’appartement à Dijon avec un « Calligraphy pen 2.5 » et mes feutres pinceaux de couleurs rapportés du Japon

De fleurs aromatiques séchées à la campagne

Une balade à Vaux dans la campagne auxerroise et le houblon séché chez ma sœur qui m’a offert un très joli feutre noir hyper fin (encre pigment, 0.05 de chez Uni Pin)

0

GOURMANDISES

Les challenges culinaires se suivent et ne se ressemblent pas. Cette année, c’est un Saint Honoré ! Je crois que je n’en n’avais jamais mangé et, ma foi, cela vaut le détour !

La recette de Mercotte nous a bien aidés. Nous avons choisi de faire une pâte feuilletée rapide (trois fois deux tours à trente minutes d’intervalle, et le beurre de tourage incorporé à la pâte de départ).

Un ruban de pâte à choux sur le disque de pâte feuilletée puis fabrication des choux avec un craquelin dessus pour qu’ils soient bien ronds.

Vient ensuite la fabrication de la crème Chiboust qui est une sorte de crème patissière mélangée à une crème meringuée à l’italienne.

Les choux seront collés un à un avec du caramel. Comme nous sommes gourmands, nous avons fait deux étages de choux ! Le centre est rempli de crème Chiboust et on termine avec plein de chantilly (maison bien sûr !).

Afin due les pa^tes restent bien croustillantes, nos avons dressé le dessert juste entre le plat principal (chapon brioché sous la peau) et les fromages ! Quasi un défi !

0

CROCHET, DE FIL EN AIGUILLES

J’ai récemment découvert une nouvelle technique : la Punch-needle. Il suffit d’un tambour, de laine et d’une aiguille à perforer spéciale. Simple, non ?

J’ai choisi une toile de jute assez épaisse et de la laine des des camaïeux de gris avec du noir et du blanc afin de réaliser des motifs de dessins de carreaux anciens que j’avais croqué au fil de mes balades et déplacements.

Ainsi, chaque tambour a son histoire !

Voici le premier : le carrelage de l’entrée de l’Ariam Ile de France au 9 rue la Bruyère à Paris, photographié juste avant que cette association ne ferme…

Deuxième carreau lors d’un déplacement dans le Tarn à Carmaux : hôtel Tour du ciron

Le prochain provient de l’entrée de notre appartement à Dijon

Le dernier est issu d’une recherche sur la toile

J’ai ensuite cloué un cercle de carton au dos de chacun et ajouté une cordelette réalisée dans une des laines ayant servi à la broderie.

0